Centre de Detox Véniez©

Hypnose et les Dépendance


 

La dépendance psychologique est liée à des besoins que la prise de la substance addictive permet de satisfaire. Tant que ces besoins restent et que d'autres moyens de les satisfaire ne sont pas trouvés, la personne est tentée de reprendre de la substance addictive. La pression intérieure provoqué par ces besoins non satisfaits peut être très forte et durer indéfiniment. Ceci explique que des personnes peuvent replonger dans leur addiction des mois, voire des années, après un sevrage réussi.

 

Ces besoins sont généralement inconscients, mais pas toujours. Il peut s'agir d'un besoin de compensation face à un état dépressif, un sentiment de manquer de quelque chose, une culpabilité, etc. On a toujours à la base un processus inconscient actif qui produit une émotion négative et un état intérieur négatif.

 

La prise de la substance addicitve permet soit d'arrêter, temporairement, la source de l'émotion négative, soit de provoquer une émotion positive, temporaire elle aussi, qui va cacher l'émotion négative. Dans un cas comme dans l'autre, cet effet est limité dans le temps, et dès qu'il cesse, l'émotion négative revient et la personne se retrouve dans l'état précédent, il ne lui reste plus qu'à recommencer.

 

On peut envisager trois stratégies de base pour supprimer la dépendance psychologique, statégies qui découlent naturellement du modèle décrit au paragraphe précedent:

 

  • supprimer les besoins à leur source,
  • trouver d'autres manières de satisfaire ces besoins,
  • diminuer les besoins juqu'à ce qu'ils soient à un niveau supportable et trouver d'autre moyens de les satisfaire.

Ces stratégies ont leur intérêts et leur efficacité, le choix de l'une ou de l'autre va dépendre de la personnalité du patient, de son histoire, de son modèle du monde, etc.

La suppression des besoins se fait par un travail d'exploration sous hypnose pour comprendre le mécanisme de production de l'émotion négative, suivi par un travail sur les mécanismes mis à jour destiné à provoquer l'arrêt de ces processus actifs. Différentes techniques sont mise à l'oeuvre pour provoquer cet arrêt.

 

Parfois, on n'arrive pas à arrêter complètement les processus inconscients en cause, dans ce cas on essaye de diminuer l'intensité de l'émotion produite par un travail de recadrage.

La recherche de nouvelles manières de satisfaire les besoins, sources du mal-être, se fait également sous hypnose, car cela concerne des processus incosncients qui ne sont facilement accessibles que dans cet état.

 

Marc T. a 39 ans lorsqu'il vient consulter pour un problème d'alcoolisme qui dure depuis son adolescence. Il a trois enfants, divorcé, il s'est remis en ménage avec une femme qui a un enfant. Il un bon travail mais il a du mal à y trouver de l'intérêt. Quelques années plus tôt, il s'était arrêté de boire, grâce à un bon animateur aux Alcooliques Anonymes, mais il a repris au bout d'un an.

 

Il ne sait pas pourquoi il boit mais en même temps il ne peux pas s'en empêcher. Par moment il lui prends l'envie de jeter toutes ses bouteilles, mais quand il le fait, au bout de quelques jours, il en rachete. Il est assez souvent saoul et cela a des répercussions négatives sur ses relations avec sa compagne, cela provoque des insomnies et comme le lendemain il est fatigué il a du mal à se concentrer sur son travail.

 

Le travail sous hypnose a permis de mettre à jours des souvenirs d'enfance à l'origine d'un manque d'estime de lui-même ainsi que des émotions refoulées notamment une culpabilité lié à un accident dont il s'est cru responsable.

 

Le travail sur ces souvenirs a permis l'arrêt du processus qui générait l'état négatif et donc a permi d'arrêter le besoin de boire, qui était une façon à la fois d'oublier et de compenser.

 

Les souvenirs sur lesquels a porté le travail étaient parfaitement connus conscienment. Ce qui n'était pas conscient, c'était le processus qui à partir de ces souvenirs provoquaient l'état négatif.

 

Durée de la thérapie : 4 séances.

 

L'arrêt de l'alcool a été progressif, et un mois après la thérapie, Marc T. avait complètement arrêter de boire.

 

 

Les Thérapeutes de « L’Approche Véniez © d'Hypnose » du Québec propose une autre définition qui nous permet de bien saisir les différentes composantes de la santé mentale: Ils ne croient pas au DSM.  Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV) et à son équivalent, la section sur les troubles mentaux de la Classification internationale des maladies (CIM-10).

 

C'est à dire, ne croient pas à catégoriser les êtres humains avec des étiquettes de maladies mentales et des traitements conventionnels reconnus.

 

Avec l'hypnose de « l’Approche Véniez », nous voyons  les patients comme des êtres humains et traitons les causes de leurs symptômes ou de l'étiquette.

 

Honoraires pour les 4 seances

 

$150/par séance totalisant $600 pour les quatre séances.


Fréquence habituelle est une séance par semaine.  Toutefois, il y a possibilité d'une thérapie intensive de fin de semaine, pour les personnes en provenance de l'extérieure. 

 

La solution au « Centre de Detox Véniez © avec l’Approche Véniez Hypnose », est la désintoxe et d'identifier les causes, les sources de l'évasion et de ses symptômes pour les eliminer dans le but à ce que l'individu soit bien dans sa peau de façon durable et significative avec l' hypnose .

Dites à vos Amis    Déclaration et déni de responsabilité    © 1991 - 2009 Conception CPMDQ